Le jeu vidéo : tout un monde d’opportunité

Assassin’s Creed, The Witcher, World of Warcraft, The Legend Of Zelda… Autant de titres qui font rêver, et qui ne sont plus réservés à une élite de gamers : aujourd’hui, tout le monde joue, que ce soit sur ordinateur, console ou smartphone. Le secteur du jeu vidéo est en pleine évolution et en pleine expansion, au plus grand bonheur des amateurs… Et de ceux qui sont à la recherche d’opportunités professionnelles dans cette industrie ultra-innovante.

articleImage

Le jeu vidéo, une industrie en plein boom

Avec un chiffre d’affaires de près de 5 milliards d’euros en 2018 et une croissance de 15 % en un an*, le secteur du jeu vidéo n’a jamais pesé aussi lourd en France… Ni aussi universel. A l’heure actuelle, les trois quarts des Français disent jouer. L’explication : la multiplication des supports (PC, consoles, tablettes et smartphones) et des offres qui mène à une démocratisation de ce loisir longtemps réservé à un public jeune et masculin, alors qu’aujourd’hui près de la moitié des joueurs sont des femmes et la moyenne d’âge s’élève à 39 ans. Impossible de nos jours de prendre le métro sans voir la moitié du wagon plongée dans un jeu développé spécialement pour les smartphones, les ventes de casques de réalité virtuelle explosent, et les boutiques autrefois réservées aux « geeks » accueillent désormais des publics variés, avertis ou non.

Des métiers pour tous les goûts

La conséquence de cette explosion : le secteur est à la recherche de talents ! Développer et vendre un jeu vidéo demande des compétences pointues dans de nombreux domaines, techniques ou non. Le secteur est composé à la fois de géants et d’entreprises de taille plus modestes qui ne comptent que quelques salariés. Dans les premiers, les limites sont bien définies alors que dans les secondes, une personne portera souvent plusieurs casquettes. Il est aussi possible d’exercer en freelance.

C’est avec le design que tout commence, et des postes comme game designer, level designer, scénariste, chef de projet, sound designer, dialoguiste… C’est le moment de définir les règles du jeu, les difficultés et les mécanismes, de poser les bases.

Les professionnels du graphisme interviennent en aval du directeur artistique, qui travaille main dans la main avec le game designer pour développer l’aspect visuel. Son équipe peut être composée de divers experts : graphistes 3D, concept artists, spécialistes des effets spéciaux, de la lumière ou du motion capture, etc.

Puis vient le moment de donner vie à la vision avec les programmeurs et développeurs, qui peuvent se spécialiser ou maîtriser plusieurs langages, comme C++, Javascript, ou encore Python. C’est aussi là que les testeurs se manifestent : ils détectent les bugs dans les premières versions du jeu afin que les programmeurs puissent les corriger.

Enfin, une fois le jeu prêt, il faut le vendre, et c’est toute la machine marketing et communication qui se met en route, avec des community managers, des directeurs marketing, des chefs de produit, des brand managers, des data scientists, et tout métier capable de convaincre le public de donner une chance au produit !

Le Top 3 des employeurs du jeu vidéo

Une telle diversité fait sans doute partie des facteurs qui expliquent la satisfaction globale des professionnels du jeu vidéo : chacun peut y trouver son compte. Résultat : les notes des salariés sur Viadeo sont révélatrices de l’ambiance et des efforts fournis par les employeurs pour favoriser le bien-être de leurs collaborateurs, avec 3 sociétés qui sortent du lot.

Avec une note générale de 4 sur 5, Quantic Dream, studio de moins de 200 personnes fondé en 1997 à Paris, se distingue notamment sur l’implication des employés, la créativité

et l’innovation, l’intérêt des projets et missions, l’esprit d’équipe, et la responsabilité et l’autonomie.

L’incontournable Ubisoft affiche une moyenne de 4,2 sur 5 et est particulièrement apprécié pour sa culture d’entreprise, en particulier en matière d’implication des employés, de valeur et culture, de créativité et innovation, et d’esprit d’équipe, mais aussi pour l’intérêt des projets et missions, pour les espaces de travail et équipements et pour l’ambiance de travail.

Quant à Activision Blizzard, qui remporte la médaille d’or avec ses 4,5 sur 5, l’éditeur franco-américain décroche d’excellentes notes dans tous les domaines, avec une distinction particulière sur les salaires, l’intérêt des projets et missions, la responsabilité et l’autonomie, la reconnaissance du manager, et tout ce qui concerne la culture d’entreprise (implication des employés, esprit d’équipe, valeur et culture et créativité et innovation).

Paris Game Week : LE grand événement de l’année

Du 30 octobre au 3 novembre, à Paris Expo Porte de Versailles, c’est la Paris Game Week, pour tous les passionnés de jeu vidéo, simples amateurs, compétiteurs, professionnels, ou encore aspirants designers ! Avec au programme des jeux et nouveautés, des compétitions, des dédicaces, une librairie, un concours de cosplay, une galerie d’art… Et aussi un espace Ecoles & Formations pour se renseigner sur les diplômes et métiers, avec la présence de plusieurs écoles spécialisées prêtes à conseiller leurs futurs étudiants potentiels et en partenariat avec le Figaro Etudiant.

Séverine Dégallaix

* Source SELL (Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs)

*Crédit photo : www.parisgamesweek.com/